Cinéma : « Paris pieds nus » a fait l’unanimité

0

Le temps, très incertain, avait nécessité un repli sur le centre culturel. Ce qui n’a pas empêché cet ultime rendez-vous estival de connaître le succès puisque près d’une centaine

Un public conquis par cette comédie franco-belge.

de personnes avaient répondu à l’invitation de la municipalité. De quoi satisfaire Carole Colin et sa commission culture et animation.

Animations d’été : mission accomplie pour Carole Colin.

Après les concerts, c’est donc le cinéma qui était à l’honneur samedi soir. Et le film proposé, « Paris pieds nus », fit vraiment l’unanimité. Une comédie un peu déjantée, dans l’esprit de Jacques Tati, avec un soupçon d’Amélie Poulain : bref, de quoi passer une excellente soirée, loin des tracas quotidiens. L’occasion également d’apprécier la dernière apparition à l’écran d’Emmanuelle Riva, star vosgienne du 7e art, César de la meilleure actrice en 2013.
Dans ce film franco-belge de Dominique Abel et Fiona Gordon, sorti en 2016, Emmanuelle joue, aux côtés de Pierre Richard, Martha, une vieille tante en détresse qui a demandé à sa nièce Fiona (Fiona Gordon), bibliothécaire canadienne, de lui venir en aide. Mais Martha, qui perd un peu la tête, ne se souvient pas d’avoir écrit à Fiona… Cette dernière, qui n’a jamais quitté son Canada natal et ne parle pas français, débarque à Paris, se perd et n’arrive pas à mettre la main sur une tante introuvable.

Pierre Richard et Emmanuelle Riva : tendre duo…

S’en suivent des situations cocasses, une « course-poursuite » à laquelle se joint Dom (Dominique Abel), un SDF qui, au passage, a fait main-basse sur le sac à dos de Fiona avant de tomber amoureux de cette « cousine » d’outre-Atlantique.
On rit de bon cœur en regardant cette joyeuse et tendre comédie, qui nous offre un grand moment avec ce pas de

Plongée dans l’inconnu pour Fiona la Canadienne.

CRAVLor a encore assuré avec son cinéma itinérant.

danse, sur un banc d’un jardin public, entre Martha et Norman, interprété par le grand Pierre Richard.
Bon choix donc, de la part de Carole Colin et une représentation sans faille assurée par le Centre Régional Audiovisuel de Lorraine (CRAVLor) et son cinéma itinérant qui, chaque année, pose son matériel dans la cour de l’école Jean-de-la-Fontaine. Exceptionnellement, ce fut au centre culturel, pour les raisons évoquées ci-dessus.

 

Partager

Au sujet de l'auteur

Les commentaires sont fermés