La gourmandise à la BMI

0

Dans tout le département, les élèves ont travaillé sur le thème de la gourmandise. Après celui des parcs et jardins l’an dernier. Et chaque classe a

Ouh, la vilaine sorcière !

Ouh, la vilaine sorcière !

L'heure du conte...

L’heure du conte… (Photos CA)

réalisé des travaux qui, au final, essentiellement pour les écoles de l’agglomération, se retrouvaient exposés à la BMI d’Epinal : ceux des maternelles en mai ; les autres classes en juin.
La maternelle des Bosquets, sous la houlette de la directrice, Madame Laurence Lagaude, a participé à ce projet et, mardi, Alice Billard, institutrice, accompagnée de Marie Vaivre, ATSEM et de deux mamans, Lucie (Tahys) et Myriam (Taesnim), a emmené sa classe à la bibliothèque pour découvrir les différents travaux, dont les leurs.
Répartis en deux groupes, un écoutant un conte narré par Florence Gérard, du secteur Jeunesse de la BMI, l’autre découvrant, avec leurs accompagnatrices, les réalisations des autres écoles, les bambins des

Les enfants des Bosquets ont découvert les travaux des autres classes.

Les enfants des Bosquets ont découvert les travaux des autres classes.

Bosquets ont passé une matinée enrichissante à souhait.
Neuf classes ont ainsi proposé expositions et histoires : celle des Bosquets (« La maison de la sorcière »), le CP d’Hadol (« Abécédaire gourmand »), le CP Jean-de-la-Fontaine Golbey (« L’arbre à gourmandises »), le CP/CE1 de Girancourt (« Les gourmandises de Girancourt »), le CP des Forges (« La cocotte qui tape-tip-top »), le CM2 d’Ambrail (« Devinettes d’Epinal »), le CM1/CM2 d’Uriménil (« A la manière d’Archimboldo »), la TPS/PS (toute petite section/petite section) de la maternelle du Centre de Golbey (« Sucettes ») et l’école de Dinozé (« la maison de la gourmandise »).

On le constate : avec le Centre, les Bosquets et Jean-de-la-Fontaine, Golbey est présent en force sur ce thème de la gourmandise. Chapeau aux enfants mais aussi aux enseignants et aux ATSEM.

Partager

Au sujet de l'auteur

Les commentaires sont fermés