Les mentions « Très bien » honorées

0

Sept des dix mentions « Très bien » étaient présentes en mairie samedi.

Ils sont dix. Mais le féminin l’emporte (largement) sur le féminin. Golbey a honoré, samedi après-midi, dix de ses enfants ayant décroché la mention « Très bien » au baccalauréat. Dix dont neuf jeunes filles. Sept de nos lauréates étaient présentes, salle du conseil de la mairie où Camille Zeghmouli, adjoint aux affaires scolaires, entouré de Laurence Rayeur-Klein, adjointe aux affaires sociales, Graziella Bilquez, adjointe à l’état civil, Jasmine Périni, adjointe aux fêtes et cérémonies, Gilles Varin, adjoint à la communication et Christian Aulen, conseiller municipal, avait tenu à « marquer le coup ». Par une petite cérémonie bien

Les élus golbéens, Camille Zeghmouli en tête, avaient tenu à honorer nos bacheliers (GV).

sympathique au cours de laquelle, en présence de parents, frères, sœurs et amis, pas peu fiers, chaque étudiant reçut, des mains des élus, un chèque de 150 euros offert par la municipalité, en récompense de leur très beau parcours.

D’anciennes lauréates étaient venues parler de leur expérience.

Parcours que chacun poursuit désormais dans la branche qu’il a choisie. Mais, comme le faisait remarquer Camille, «  vous fûtes les derniers à passer le bac dit traditionnel et je peux dire que vous êtes la première génération parcoursup (1). Mais cette nouvelle réforme met également fin au droit à l’erreur. Désormais, c’est vous qui décidez de la suite ».
D’anciens récipiendaires, invités par la municipalité, étaient également là pour parler de leur expérience et évoquer la suite qu’ils ont donnée à cet « après-bac ».
L’après-midi s’est achevé par le pot de l’amitié.
Les mentions « Très bien » golbéens : Inès Attoubi, Floriane Béchert, Fanny Bizé, Anaïs Créteur, Marie Feutry, Yoann Inal, Éva Laheurte, Aurore Mille, Bénédicte Munaro, Valentine Thamié.

(1) « Parcoursup
 est une application web destinée à recueillir et gérer les vœux d’affectation des futurs étudiants de l’enseignement supérieur public français, mis en place par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation en 2018 dans le cadre de la loi orientation et réussite des étudiants. Elle remplace l’ancien système d’Admission Post-Bac (APB). Parcoursup devait permettre de mettre fin au tirage au sort et d’accompagner de façon plus individualisée les futurs étudiants dans leur projet d’orientation. Le système a pour principale nouveauté d’enregistrer les vœux motivés mais non hiérarchisés des candidats, qui doivent accepter ou décliner les propositions au fur et à mesure qu’elles leur sont faites tout au long de l’été ».

Partager

Au sujet de l'auteur

Les commentaires sont fermés